L’état du JJB en France

L’état du JJB en France

Par Daniel Marron

Le Jiu-Jitsu, c’est un sport, une passion. Pour beaucoup, c’est devenu une addiction. Quand j’ai commencé il y a de ça quelques années, c’était un ami suédois qui m’en avait parlé. Je n’étais pas spécialement fan de l’UFC et il y avait peu de chance que j’en eusse entendu parler ailleurs.

Le sport était peu connu du grand public, les compétitions rassemblaient en général entre 100 et 200 personnes, mais je sentais que ça allait évoluer, grandir, s’épanouir, c’était obligé. L’UFC gagnait en popularité, le MMA faisait un peu peur, il était normal que les gens se tournent vers le JJB, non ?

Plus de cinq ans après, le constat est là : le JJB n’a pas connu l’essor auquel je m’attendais. Certes, il évolue de façon constante, ce qui est une bonne chose, mais pas de façon exponentielle comme il le devrait.  Les clubs ont peut-être un peu plus de membres qu’en 2010, mais il n’existe pas beaucoup plus de clubs aujourd’hui. La raison principale de l’ouverture d’un nouveau club, c’est le déménagement d’un instructeur dans une autre ville ou une dispute entre deux gradés d’une même académie qui décident de partir chacun de leur côté.

Dans d’autres activités, la création d’une nouvelle structure est plutôt synonyme de développement. Prenez par exemple le Crossfit. Il y a 5 ans, le sport était complètement inconnu du grand public. Les premières box commençaient à peine à ouvrir. En l’espace de quelques années, le sport a explosé, les box ont poussé comme des champignons partout en France. L’ouverture de nouvelles salles s’est faite pour répondre à une demande toujours grandissante. Les entrepreneurs développaient leur business sans l’appui financier d’une quelconque fédération.

A l’étranger, le Jiu-Jitsu s’est aussi démocratisé. Aux Etats-Unis, en Angleterre, en Scandinavie, il a connu une croissance bien plus rapide et importante.

Comment se fait-il que le Jiu-Jitsu en France n’ait pas connu la même trajectoire ?

Historiquement, le Jiu-Jitsu et le MMA ont eu un destin lié. Quand le MMA a vu le jour, le Jiu-Jitsu Brésilien a commencé à faire parler de lui. Plus il y avait de MMA, plus il y avait de JJB pour les raisons que nous connaissons tous. Mais le développement du MMA a rencontré et rencontre encore aujourd’hui des obstacles difficilement surmontables, notamment posés par les lobbys de certaines fédérations sportives qui voient dans le combat libre, une possibilité de fuite de leurs pratiquants. Le Jiu-Jitsu souffre très probablement des conséquences de la mauvaise presse de son grand frère. Ces fédérations mettent des bâtons dans les roues à quiconque voudrait fédérer un sport (le JJB) qui n’a pour le moment pas ou peu de représentation propre au niveau national (et pas en tant que branche du Judo ou de la Lutte). Ces luttes n’empêchent nullement le sport de se développer ou n’importe qui de pratiquer, mais elles nuisent à la reconnaissance national du Jiu-Jitsu Brésilien en tant que sport indépendant.   



Bien que cela joue un rôle important, il existe une autre raison à cette lente progression. Pour justement combler le manque de soutien et de subventions, et en France en général, le sport est proposé de façon associative et non privée (contrairement au Crossfit par exemple) et donne ainsi accès au plus grand nombre (notamment les plus défavorisés) au détriment d’un développement économique.

Comparé à d’autres sports, le Jiu-Jitsu est relativement bon marché. Une inscription au club à l’année avec la licence à une ou plusieurs fédérations, c’est en général entre 300 et 450€ (plus pour certaines académies haut de gamme). Ajoutez à ça un kimono à 120€ et un peu d’équipement supplémentaire, ça fait environ 600€, soit 50€ par mois pour 4 à 10 cours par semaine. Un assez bon rapport temps/prix.

Cependant, le public n’est pas forcément très solvable ou prêt à investir plus que ça. Pour une bonne partie, le Jiu-Jitsu est une passion, et tout le monde le fait par passion… 

Mais c’est là que le bât blesse. Tout le monde ne s’investit pas dans le Jiu-Jitsu de la même façon. Pour les professeurs qui dispensent leurs cours, ce sont des centaines d’heures passées sur le tapis pour atteindre leur niveau actuel. Pour l’organisateur des compétitions, c’est le temps passé à contacter les différentes entités qui seront responsables du succès de leurs événements, sans oublier les coûts associés à toutes ces activités.

Le Jiu-Jitsu a besoin de la contribution de ses pratiquants pour créer un cercle vertueux, qui lui permettra à terme de réduire le coût des différentes activités (cours, séminaires, compétitions…) Tant que ceux qui travaillent pour la communauté le font « par passion », il n’y aura pas d’expansion exponentielle du Jiu-Jitsu. Ces gens ont peut-être mieux à faire que d’œuvrer pour la communauté. Ils ont tous un loyer à payer, peut-être une famille à nourrir, et ils préfèreraient sans doute travailler pour assouvir ces besoins en priorité. Vous aurez sans doute remarqué, au fil des années, que ce sont souvent les mêmes personnes qui se mouillent (une poignée de bénévoles), ou des gens plein de bonne volonté et de motivation qui abandonnent après leur première ou deuxième contribution car ils constatent que leurs efforts ne servent à rien et qu’ils feraient mieux de faire autre chose de leur temps. Ils apportent leur aide, mais elle n’est pas forcément professionnelle (donc pas efficace ni optimisée).

Si les contributeurs se professionnalisent (et donc travaillent plus efficacement sur leurs projets), ils attireront d’autres pratiquants, qui eux pourront participer au développement, qui attirera d’autres pratiquants et ainsi de suite, et cela, sans l’aide de subventions ou d’aide externe.

Des initiatives qui mettent le sport en avant ou font travailler des gens contre salaire méritent d’être soutenues. Par exemple, le Royal Rumble, gala grandiose de JJB du 19 novembre dernier, proposait un pay-per-view pour suivre les combat en direct. L’organisation avait mis les petits plats dans les grands et le stream était d’une qualité irréprochable. La location de la salle, le staff, le cachet des stars, le matos et son déplacement… tout ça a un coût, souvent épongé par les organisateurs eux-mêmes qui espèrent au moins arriver à l’équilibre une fois le premier événement passé. Et pourtant, malgré la modique somme du PPV (7€), beaucoup ont préféré profiter gratuitement de la retransmission grâce à une faille du serveur.



Contrairement à Hollywood, le JJB a besoin de cette contribution, et l’habitude du « tout gratuit » pourrait bien tuer ce genre d’initiatives à long terme.

Comme mentionné plus haut, le pratiquant lambda n’a pas forcément les moyens de s’investir financièrement. Il faut donc trouver l’argent ailleurs. Et là, il n’y a pas de secret. Pour qu’il y ait plus d’argent dans le Jiu-Jitsu en France, il faut plus de pratiquants, jusqu’à atteindre cette masse critique, pas encore atteinte dans l’hexagone, qui permettrait l’arrivée constante et exponentielle de nouveaux pratiquants.

La Confédération Française de Jiu-Jitsu Brésilien a fait bien du chemin depuis sa création en 2004. Bien que critiquée, elle propose de meilleurs événements chaque année. Elle rémunère les arbitres et les responsables de table lors des compétitions et s’est entourée de professionnels pour la conception de ses designs, et donc contribue au développement du sport dans le bon sens. Elle a cependant un rôle à jouer qu’elle ne tient pas encore suffisamment et qui est de promouvoir le Jiu-Jitsu en dehors du monde du Jiu-Jitsu. Cela demande des moyens et du temps. Ils ne sont évidemment pas seuls responsables de cette tâche, c’est aussi la responsabilité des clubs d’attirer les curieux sur leur tatami.



L’espoir vient aussi du nombre grandissant d’enseignants aptes à diriger des cours de qualité. La durée de formation d’une bonne ceinture noire de JJB est significativement plus longue que celle d’un instructeur de Crossfit. Le sport est encore relativement jeune et a peut-être besoin d’un peu plus de temps pour disposer d’un nombre assez important de ceintures noires et ainsi peupler les quatre coins du pays de professeurs qualifiés.
D’ici quelques années, une nouvelle génération de ceintures noires devrait être capable d’exporter son savoir en dehors de leur académie d’origine et ainsi séduire de nouveaux pratiquants là où le Jiu-Jitsu n’existait pas encore et ainsi amorcer l’ascendance.

Chacun doit y mettre du sien, pratiquer et « recevoir » ne suffit pas. Quand le milieu et les structures qui encadrent le sport se seront plus professionnalisés, les enfants pourront alors jouir de nouvelles structures solides et il ne sera alors plus étrange d’envoyer son rejeton au Juji comme on l’envoyait au foot le mercredi après-midi. Parce qu’au final, c’est eux qui représentent l’avenir du Jiu-Jitsu en France.

Judo vs JJB ? Travis Stevens vs Yuri Simoes - 08/16/2017

Claire-France revient sur un combat qui a fait couler beaucoup d'encre... et peut-être pour rien : Travis Stevens contre Yuri Simoes...Plus

Le Top 10 des pires partenaires - 08/09/2017

Au cours de votre cursus martial, vous allez avoir affaire à toute sorte de partenaires. Certains sont à éviter plus que d'autres !...Plus

Stop au racisme anti-blanches ! - 07/31/2017

Les ceintures blanches sont aussi des êtres humains...Plus

Old School Vs Modern Jiujitsu - 07/11/2017

Claire-France Thévenon aborde un sujet toujours aussi brulant : jiujitsu old vs jiujitsu new school...Plus

Larissa arrache tout aux Mondiaux - 07/05/2017

Larissa Campos, médaillée d'or aux Mondiaux et représentante de Gracie Réunion, répond à nos question....Plus

Compte rendu Critérium Kids 2017 - 07/03/2017

Compte rendu Critérium Kids 2017...Plus

La méthode Hof - 07/02/2017

Avez-vous entendu parler de la méthode Hof ?...Plus

Yves Breton nous a quittés - 06/26/2017

Une collecte est organisée pour soutenir la fille d'Yves Breton...Plus

Préparation de l’équipe de France de Grappling - 06/26/2017

Présentation des membres de l'équipe de France de Grappling pour les Mondiaux UWW...Plus

Interview : Chris Haueter - 06/19/2017

Interview : Chris Haueter...Plus

Présentation du sac convertible multifonction - 08/15/2017

Sac disponible sur la boutique www.jitsshop.fr...Plus

Terere, Yan Cabral et Thalison Soares à Toulouse - 08/15/2017

Terere, Yan Cabral et Thalison Soares à Toulouse...Plus

Victor Hugo - Best purple belt in the world - 07/04/2017

Victor Hugo, une ceinture violette qui va tout gagner. Un film d'Adolphe Maillot...Plus

Première compétition - 06/29/2017

La première compétition est toujours une expérience, même pour les enfants !...Plus

CFJJB - Prime de classement 2016 2017 - 06/14/2017

CFJJB - Prime de classement 2016 2017 pour les 3 premiers du classement national CFJJB en ceinture noire ; marron et violette adulte....Plus

Rubens Cobrinha Charles vs Shane Taylor-Hill IBJJF World Championship 2017 - 06/13/2017

Rubens Cobrinha Charles vs. Shane Taylor-Hill IBJJF World Championship 2017...Plus

Championnat de France CFJJB 2017 enfants ados - 06/09/2017

Vidéo du championnat de france 2017 Enfants Ados CFJJB...Plus

Amal Jiu-Jitsu Life Path - 06/04/2017

Amal Amjahid capturée par Adolphe Maillot aux Europe 2017...Plus

Présentation des combattants français aux World IBJJF 2017 - 05/24/2017

Présentation des combattants français au World IBJJF 2017...Plus

Académie Pythagore Angoulême - 05/24/2017

Académie Pythagore Angoulême en vidéo...Plus

Revue : Le modèle En-Passant OldSchool de Chessweep - 09/26/2016

Revue : Le modèle En-Passant OldSchool de CHESSWEEP (en mode GIF)...Plus

Revue : Le modèle Polvo Standard Series de Polvo’s Gi (en mode GIF) - 07/06/2016

Revue : Le modèle Polvo Standard Series de Polvo's Gi (en mode GIF)...Plus

Revue : Le modèle The Faixa Preta de Crash Kimonos (en mode GIF) - 02/19/2016

Revue : Le modèle The Faixa Preta de Crash Kimonos (en mode GIF)...Plus

Revue : Le modèle Elite Performance de Venum (en mode GIF) - 09/09/2015

Revue : Le modèle Elite Performance de Venum (en mode GIF)...Plus

Revue : Le Sengoku de Scramble - 06/18/2015

Revue : Le Sengoku de Scramble...Plus

Revue : Le Flow Air Kids de FLOW Kimonos - 06/18/2015

Revue : Le Flow Air Kids de FLOW Kimonos...Plus

Revue : Le Be Water de VHTS - 06/08/2015

Revue : Le Be Water de VHTS...Plus

Revue : Le Blue Dragon de Platinium Jiu Jitsu - 06/05/2015

Revue du Gi Blue Dragon de Platinium Jiu Jitsu...Plus

Revue : Gi Bõa HB/1 - 12/30/2014

Revue : Gi Bõa HB/1...Plus

Revue : Gi Bull Terrier New Star - 07/21/2014

Revue : Gi Bull Terrier New Star...Plus

Toutes les reviews et les classements

Stage: Les bases du Jiu-jitsu brésilien - Vincennes - 10/septembre/2017

Ce stage couvrira les bases du Jiu-jitsu brésilien. Il est ouvert à tous les clubs et à tous niveaux, du débutant au combattant expérimenté ! Le…...Plus

CFJJB - Coupe de France No-Gi 2017 - 8/octobre/2017

CFJJB - Coupe de France No-Gi 2017 qui aura lieu le dimanche 8 octobre 2017 au Gymnase du Lido, rue du Dauphiné, 34200 Sète. Les inscriptions en ligne…...Plus

Futuracup - 22/octobre/2017

3e Futuracup le 22 octobre 2017....Plus

GIC - 28/octobre/2017

Cette édition se déroulera en 2 jours Samedi 28 octobre 2017 en NO GI 1 ceinture pour le vainqueur de chaque…...Plus

GIC - 29/octobre/2017

Cette édition se déroulera en 2 jours Samedi 28 octobre 2017 en NO GI 1 ceinture pour le vainqueur de chaque…...Plus

Open IBJJF - Paris 2017 - 25/novembre/2017

Nous sommes heureux de vous confirmer le Paris International Open IBJJF 2017 qui se déroulera les 25 et 26 novembre 2017 à salle Charpy du stade Charlety, 17 avenue…...Plus